Biographie de Baudelaire
Histoire de France

`
Toute l'Histoire de France expliquée simplement.
Recherche Ajouter aux favoris

Baudelaire

DATE DE NAISSANCE : 9 4 1821
DATE DE MORT : 31 8 1867
LIEU DE NAISSANCE : Paris
LIEU DE MORT : Paris
BIOGRAPHIE : Charles Pierre Baudelaire est né le 9 avril 1821 13 rue Hautefeuille à Paris. Il était le fils de François Baudelaire (1759-1827), ancien précepteur du duc Praslin et ancien chef de bureau du Sénat impérial et de Caroline Dufays (1794-1871). Son père fut aussi peintre.

En 1827, son père meurt alors que Charles Baudelaire n'avait que 6 ans.

En 1828, sa mère se remarie avec le commandant Aupick et Charles Baudelaire commença à le détester peu après le mariage de sa mère. Ce fut son premier désespoir et plus tard il dit cette phrase: "Quand on a un fils comme moi, on ne se remarie pas."

En 1832, Charles Baudelaire devient élève au Collège royal de Lyon. Il y est mis en pension.

En 1836, il rentre au Collège Louis-le-Grand à Paris pour y apprendre le droit. Il a de très brillants résultats scolaires et obtient le premier prix de dessin. Accessit de vers latins au concours général. C'est à ce moment qu'il a commencé à écrire ses premiers vers avec des camarades. Il commence à lire des auteurs comme Chateaubriand et Sainte-Beuve.

En 1837, il obtient le deuxième prix de vers latins au Concours général.

En 1838, lorsqu'il visita une galerie de peinture, il remarqua un tableau de Delacroix (La Bataille de Taillebourg) qui lui plus beaucoup. Les autres, il ne les aimait pas. C'est à ce moment-là que commença sa grande passion pour Delacroix.

Fin 1838, il a écrit un de ces premiers poèmes qui a des accents lamartiniens suite au souvenir de son émerveillement devant le lac d'Escoubous, au-dessus de Barèges. Il a à ce moment-là une nouvelle raison de vivre.

En 1839, il obtient son baccalauréat. A ce moment, son beau-père voulait que Charles soit ambassadeur mais celui-ci ne voulait pas. Il voulait absolument être poète. Plus tard dans l'année, il rentre dans une classe de philosophie dont il trouve les cours pas très intéressants. Pendant les cours, il préfère lire les livres de Lamartine, Hugo, Musset qu'un externe lui apporte de l'extérieur de l'école.

Le 18 avril de la même année, Charles est renvoyé du Lycée.

En 1840, Baudelaire quitte le cocon familial et rencontre Edouard Ourliac, Gérard de Nerval et Honoré de Balzac. Il va créer avec plusieurs de ses camarades un petit groupe baptisé "Ecole normande". Ils vont écrire des poèmes et des petites chansons.

En 1842, il rencontre Jeanne Duval.

Le 30 juin 1845, Baudelaire fait une tentative de suicide.

La même année, Baudelaire a déjà composé quelques pièces des Fleurs du mal. Il aide les créateurs du Corsaire Satan à écrire de petits articles.

En 1847, La Fanfarlo paraît dans Le Bulletin de la société des gens et des lettres. Cette même année, Baudelaire découvre l'oeuvre d'Edgar Poe (écrivain américain, 1809-1849).

En 1848, Baudelaire va commencer à traduire les oeuvres d'Edgard Poe qu'il a trouvées intéressantes, travail qu'il continuera jusqu'en 1865. Il devient l'un des directeurs du Salut public.

En 1850, premiers troubles causés par la syphilis.

En 1851, il écrira onze poèmes qui prendront place plus tard dans les fleurs du mal. Il rencontre Edgard Poe qui meurt la même année.

En 1852, rupture avec Jeanne Duval et début de sa passion pour A. Sabatier. Il lui envoie anonymement le premier poème qu'il a écrit pour elle. Il en enverra jusqu'en février 1854. Il créera plusieurs poèmes pour elle. Début de sa liaison avec Marie Daubrun dont il s'inspirera pour faire des poèmes qui prendront place dans Les Fleurs du Mal.

En 1852 et 1853, premières publications d'une étude sur Edgard Poe et de la traduction de ses textes.

Vers 1855, Baudelaire s'était épris de Mme Sabatier qui lui inspira plusieurs poèmes dont les Limbres qui feront partie plus tard des Fleurs du mal.

En 1856, première édition des Histoires extraordinaires écrites en 1840 par Edgard Poe et traduites par Baudelaire.

En 1857, mort du général Aupick.

Le 25 juin de la même année, la première édition des Fleurs du mal qui contiennent tous les poèmes écrits par Baudelaire depuis 1840 paraît chez Poulet-Malassis et de Broise.

Le 20 août de la même année, Baudelaire est condamné par la 6e chambre correctionnelle à 300 francs d'amende pour l'immoralité de certains de ses poèmes.

Le 30 août de la même année, Baudelaire et Madame Sabatier deviennent amants pour une nuit.

En 1859, Baudelaire va voir sa mère à Honfleur et y écrit plusieurs poésies. Il se réconcilie avec sa mère.

En 1860, Baudelaire est accablé de dettes et il publie les Paradis artificiels.

En 1861, la deuxième édition des Fleurs du mal parait enrichie de trente-cinq pièces nouvelles.

En septembre 1862, parution de vingt et un Petits poèmes en prose dans la presse.

Le 1er février 1863, faillite des éditions Malassis.

En 1864, miné par la maladie, abusant de la drogue et couvert de dettes, Baudelaire quitte Paris et va se fixer à Bruxelles où il va essayer de gagner un peu d'argent en participant à des conférences et où il va essayer de vendre ses oeuvres complètes à un éditeur. A cause de son amertume et sa déception, il va écrire un pamphlet d'une rare violence: Pauvre Belgique!. Sa santé devient de plus en plus mauvaise.

En 1866, les Nouvelles Fleurs du mal paraissent dans le Parnasse contemporain. Chute de Baudelaire sur les marches de l'église Saint-Loup à Namur. Cette crise violente abat Baudelaire qui ne retrouve plus l'usage normal de la parole. Il sera soigné quelque temps à Bruxelles et en juillet, on le ramène à Paris, sa ville natale car il est devenu aphasique et paralysé. Publication des Epaves qui regroupent principalement des oeuvres condamnées et des vers de circonstance.

Le 31 août 1867, Baudelaire meurt après une longue agonie dans une maison de santé à Paris. Le 2 septembre, il est inhumé au cimetière Montparnasse.

En 1868, parution des Curiosités esthétiques et de L'Art romantique, poèmes qu'il avait écrits avant sa mort.

En 1869, parution des Petits poèmes en prose dont une partie fut déjà publiée dans la presse en 1862.

Toute l'enfance de Charles Baudelaire fut parsemée de multiples tourments. Un jour il dit ces paroles:

"Ma jeunesse ne fut qu'un ténébreux orage
Traversé çà et là par de brillants soleils...".

Ces paroles étaient malheureusement réelles.

EN SAVOIR PLUS : : http://users.skynet.be/sky57622/biogra.htm

HDF


Télécharger la biographie en PDF



Accueil | Forum histoire | Recherche avancee | Quizz histoire | Chronologie histoire | Gnalogie histoire | Rois de France | Epouses royales | Blog histoire | Biographies | Contact | Sponsors

Site Histoire de France.net enregistr la CNIL sous le numro : 1131921

Naruto - Filet mignon - Boeuf bourguignon
Dtecteur de mtaux - Grossiste e-cigarette