En août 1346, les troupes anglaises d’Édouard III font marche vers le nord.
Philippe VI de Valois les rejoint et les attaque après avoir passé la Somme, à proximité de Crécy.
La bataille a lieu le 26.
L’armée française, théoriquement supérieure, se lance à l’assaut dans le plus grand désordre. Pour commencer les cavaliers piétinent les arbalétriers qui refluent sous les flèches anglaises. Car archers et artilleurs anglais (c’est la première fois que l’on utilise en Europe la poudre et les canons) font merveille. Au soir, la belle chevalerie française a été complètement décimée (1500 morts sans compter les 2 000 fantassins).

Plus qu’une défaite, Crécy est une révolution dans la façon de concevoir désormais la stratégie militaire,